Mots-clefs

, , , ,

une vie pimentée :)

une vie pimentée 🙂

On continue dans la série « être vulnérable, c’est cool ». Faire l’expérience d’être en Inde, c’est expérimenter le fait de ne rien comprendre, rien savoir et tout faire de travers. (J’exagère à peine). Surtout avec mon accent anglais complètement français. Parfois je parle en anglais et on me dit très sérieusement « je ne comprends pas le français, parle en anglais ». Oui. Et pourtant cela fait 10 mois que je suis là. Du coup, je ne peux pas vraiment téléphoner, il faut toujours que je demande de l’aide à quelqu’un. Un jour je passais une commande chez McDo. Le standardiste ne comprenait pas les mots « French Fries » et me répétait avec son sourire et sa nonchalance toute Gujarati « I can hear you, but I don’t understand you, please repeat ». J’ai répété au moins 10 fois puis passé le tel à quelqu’un d’autre.

Bref, à Ahmedabad, même pour les choses les plus triviales, il me faut de l’aide. Et c’est très énervant pour quelqu’un d’indépendante et d’impatiente comme moi. Parfois juste, je n’ose pas déranger les gens. Parfois ils ne comprennent pas mon problème, ils ne peuvent même pas s’imaginer que le standardiste ne comprenne pas « French Fries ».

Et bien il y a cette vidéo, que je regarde quand j’en ai trop marre de tout.

Pour moi, la seule façon d’avancer parfois, c’est d’aller voir quelqu’un, d’exposer mon problème (souvent risible du type « le gars ne comprend pas le mot « French Fries ») – ma vulnérabilité comme diraient certains. Et là, tout se résout tout seul. Pourtant, c’est tellement difficile de me reconnaître dépendante et de m’exposer à mes amis. J’aimerais tellement être une super woman. En attendant je suis simplement moi-même, et c’est peut-être plus rigolo, même si c’est fatiguant 🙂

Publicités